mardi 19 septembre 2017

winter story

JOUR 3 : 

(Mars 1847)

Sir J. Franklin sort du navire et se fraye un chemin sur la plaine opalescente. Il porte des lunettes en cuir de son invention pour protéger ses yeux de l’éblouissement.
"Deux lunes noires cachant ton regard et que tu portais en ce matin de printemps pour seul vêtement, dans un éclat de rire."




JOUR 2 : 

(Février 1846)

À Naujat, au large de l’île du roi Guillaume, l’Erebus, vaisseau d’exploration, est prisonnier de la glace. L’étendue platine n’a pour horizon que l’infinie blancheur qui paralyse tout être vivant n’ayant pas appris à survivre à l’extrême.




JOUR 1 : 

(Janvier 1854)

À l’heure du thé j’accompagne mon amie Jane. Tandis que son regard vagabonde, ses yeux prennent la couleur laiteuse des glaciers. Sa pupille noire réduite à l’immobilité erre déjà loin lorsque sa main, simple automate finement articulé, plonge sa cuillère dans le liquide doré et que de légères vagues se dessinent à la surface. 
Par les vents glaciaires je l’escorte là où son esprit se perd et sur les terres où mon poème prend fin. 
On m’appelait Eleanor. Je ne suis plus de ce monde et pourtant, aussi longtemps que la surface gelée abritera ses mystères, je creuserai.



vendredi 6 novembre 2015

Summer story 4

  

Jour 12


Lorsque j'ouvris mes yeux, le motif du tissus semblait me rappeler 
celui de la cuisine du 29 Calle Anglí. 
La main fermée, une jeune pousse se frayait un chemin entre mes doigts.

Cuanto me desperte, el motivo de la tela se parecia 
a la cocina del 29 calle Anglí. La mano cerrada, una ramita 
se abria un camino entre mis dedos.




- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



Jour 11


Au milieu des cailloux, les yeux de Sainte Lucie 
émergeaient comme un trésor que je gardais 
précieusement au creux de ma main. 
Le sommeil m'emporta.

Al medio de las piedras, los ojos de Santa Lucia aparecieran 
como un tesoro que guardada preciosamente dentro de mi mano.
Me quede durmiendo.


- - - 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Jour 10


Je suis partie dans la direction du port. Le long de la digue, la mer était agitée. 
Je continuais jusqu'à la plage.

Me fui en dirección del puerto. A lo largo del malecón, hay oleaje. 
Seguí el camino hasta la playa.



- - - 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Jour 9


Le soir, en ouvrant le tiroir de la chambre, je découvrais un plan de la ville. 
Le dessins que formait les rues n’avait pas de logique 
et ressemblaient aux veines d'une feuille de magnolia séchée.

En la noche, cuando abrí el cajón del velador, encontré un mapa de la ciudad. 
El dibujo de las calles no tenia lógica y se parecía a las venas de una hoja 
de magnolia secada.



- - - 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Jour 8

Je collectionnais les 23 pépins séchés au soleil et je complétais l'échiquier.
Recolecté las 23 pepas secas por el sol y completé al tablero de aljedrez.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

  

Jour 7

La feuille s'envola avant d'écrire mon dernier mot. Tapis volant. 
Oiseau blanc assujetti à la force du vent. 
Fleur de lys se détachant dans le bleu du ciel.

La hoja de papel se voló antes de escribir mi última palabra. Alfombra voladora. 
Pájaro blanco sometido a la fuerza del viento. 
Flor de lys desprendiendose del cielo azul.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

  

Jour 6

Le citron avait la couleur de l'or. Je coupais sa peau épaisse pour en recueillir le jus. 
Comme un insecte qui butine, je plongeais ma plume 
dans l'encre translucide pour écrire.

El limon tenia el color del oro. Cortaba su espesa piel para recojer el zumo. 
Como insectos que recogen el polen, pusé mi pluma en la tinta transparente para escribir.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Jour 5

J'étais assise depuis quelques heures lorsqu'un citron se détacha de sa branche 
et roula jusqu'à moi.
Estaba sentada desde horas cuando un limon se cayo de su rama 
y rodo hacia mi.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Jour 4

Un grand citronnier trônait au centre du patio.
Un gran limonero reinaba en el centro del patio.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Jour 3

Aux 3e tour, la porte s'ouvrit. Une lumière jaune m'envahit.
A la tercera vuelta, la puerta se abrió. me llenó el calor de una luz amarilla.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


 

Jour 2

La clef était cachée sous le sphinx à tête de mort. A mon approche il s'envola.
La llave estaba escondida bajo el esfinge de la calavera. Me acerqué y se voló.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Jour 1

Baignée dans la chaleur du soleil, je regarde la grande porte bleue. Au numéro 32.
Bajo el calor del sol, estoy mirando la inmensa puerta azul. Al numero 32.


lundi 29 septembre 2014

Summer story 3 / Jour 1

Jour 1

Dans un désert de mots, sur le sable, j'efface les écritures de ma main. La route est longue...
En un desierto de palabras, sobre la arena, borro las escrituras con mi mano. La ruta es larga…